• Le premier avril est habituellement le jour des canulars. Sauf que ça devient un peu foireux à force. Chez -Keep flying with Him- on s'est dit qu'à la place on pourrait vous proposer quelques bloopers de Sa Majesté Jordan. Attention, c'est succulent. Ca se passe ici, ici et ici. Si vous voulez tout savoir, notez qu'on a une nette préférence pour la toute dernière vidéo. Quelque chose nous dit que le pauvre MJ a du passer un bien mauvais quart d'heure au moment où l'hymne national américain était entonné. Enjoy, et ce n'est pas parce qu'on n'aime pas les blague à deux balles de poisson d'avril que vous devez forcément vous en priver. Chacun fait ce qu'il veut !


    votre commentaire
  • Michael Jordan et Kobe Bryant sont sans doute ce qui s'est fait de mieux en terme de talent individuel ces 20 dernières années. S'ils ne sont pas tout à fait de la même génération, ces deux-là ont en commun un même talent, un même esprit de compétition et un physique hors norme qui leur a donné la possibilité de se démarquer de la concurrence comme personne avant eux. His Airness et Black Mamba sont de la même verve au point que le mimétisme entre les deux joueurs est devenu saisissant. Youssef Hannoun en a fait un montage vidéo (à voir sur chaine Youtube ici). Les similitudes entre les deux superstars sont plus qu'étonnantes. La marque des grands sans doute. Plus grand chose ne les sépare dorénavant, si ce n'est peut être 1 titre NBA.


    votre commentaire
  • Le côté obscur du personnage

    Voici une nouvelle qui ravira les fans de chaussures Jordan. Un tout nouveau colorway de Air Jordan IX – que Jordan ne porta jamais en compétition officielle mais qu'il apprécia néanmoins énormément - va faire son apparition. Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle est réussit, surtout en comparaison des dégueulasseries sans nom auxquelles nous avons été habitués ces derniers mois. Cette toute nouvelle paire portera le nom de Air Jordan IX « Barons » en hommage au nom de l'équipe avec laquelle il évolua en ligue mineur de baseball. Si on a coutume de rappeler que MJ intégra les White Sox de Chicago lors de son intermède professionnel, c'est en réalité en ligue mineur, chez les Birmingham Barons, qu'il passe le plus clair de son temps.

    Sans surprise, cette release adoptera le code couleurs des Barons, c'est-à-dire noire, blanche et gris clair. Le numéro 45 de Jordan sera placé au niveau du talon. Pour le reste, la paire sera une copie conforme des rééditions de Air Jordan IX de ces deux dernières années. Cette paire de IX « Barons » sera commercialisée le 5 avril prochain.


    votre commentaire
  • Une fois n'est pas coutume, les frenchies de Basket USA ont décidé de mettre sur pied un classement des 50 plus belles carrières NBA. Les américains sont friands de ce genre de chose mais pour une fois, chauvinisme oblige, on peut être fières de ce travail de nos confrères dont on ne cessera de rappeler qu'ils restent les pionniers français de l'information en provenance de la NBA. Comme le rappelle la rédaction de Basket USA, "il ne s'agit pas de classer les 50 meilleurs joueurs de tous les temps au niveau du talent, mais plutôt de classer les joueurs en fonction de leur palmarès et de leur carrière. Par exemple, John Stockton était assurément un meilleur joueur de basket que Dennis Rodman. Pourtant, c'est bien le second qui a eu la carrière la plus remplie avec 5 titres et deux trophées de meilleur défenseur de l'année."

    Pour établir ce classement, l'équipe de basket USA a élaboré un système de point à priori assez objectif (exemple : MVP 20 points, Titre NBA 20 points, Rookie of the Year 10 points...). La méthodologie est de notre point de vue intéressante et suffisamment documentée pour être valable aux yeux de tous.

    Le résultat ? C'est un podium constitué de Bill Russel et Kareem Abdul-Jabbar. Michael Jordan, occupe sans surprise la plus haute marche. L'ancien joueur des Bulls a, ce n'est un secret pour personne, un tableau de chasse des plus incroyables (6 titres NBA, 6 trophées de MVP des Finals, 5 trophées de MVP de la saison régulière, 1 trophée de meilleur défenseur de l'année, 1 trophée de Rookie of the Year, 14 participations au ASG...). Sa première place n'est donc pas surprenante. Suivent au classement : Wilt Chamberlain, Magic Johnson, Shaquille O'Neal, Tim Duncan, Kobe Bryant, Lebron James et John Havlicek. Le seul et unique représentant tricolore est Tony Parker. L'ancien pensionnaire de l'INSEP termine à la 45ème place grâce à ses 3 titres NBA, ses 5 participations au match des étoiles et son titre de MVP des finales NBA 2007.

    On vous laisse découvrir dans la suite le reste de ce classement grâce l'infographie réalisée par nos confrères de Basket USA et on leur tire à nouveau un grand coup de chapeau pour cet excellent travail.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Just For Kicks

    Les meilleurs lycéens nord-américains se retrouveront dans exactement 1 mois au Barclays Center de Brooklyn, l'actuelle salle des Nets, pour le traditionnelle Jordan Brand Classic. Sponsorisée par l’équipementier officiel de Sa Majesté, ce match exhibition est l'occasion découvrir les tops prospects du pays avant qu'ils ne rejoignent leurs universités respectives. Crée en 2002, le JBC a vu défiler les meilleurs NBAers du pays. Amare Stoudemire, Lebron James, Brandon Jennings ou Kevin Durant ont tous été MVPs de cet évènement concurrent du non moins célèbre Mc Donald's All-American Hight School Basketball Game . Terminer MVPs de la rencontre c'est avoir la possibilité de décrocher un contrat avec la filiale de Nike mais c'est aussi et surtout l'assurance de connaître une belle et prestigieuse carrière chez les pros.

    Si vous êtes à New York le 18 avril prochain, allez donc découvrir les futurs superstars de la NBA. Les billets sont au tarif unique de 50, 30 ou 10 dollars. Ceux que ça intéressent pourront booker leurs billets ici.


    votre commentaire
  • Les gens s'interrogent souvent pour savoir qui est le plus grand joueur de basket de tous les temps. On serait tenté de dire Michael Jordan. Sauf que pour Sa Majesté en personne, ce débat n'a pas lieu d'être ! Toute la question est plutôt de savoir qui est la plus grande équipe de tous les temps !! Et oui, un joueur ne fait pas une équipe. Le basket-ball se joue à cinq !

    Alors, quelle est l'heureuse élue ? Un indice : cette équipe a établi le record du nombre de victoires en saison régulière lors de la saison 1995-96. La réponse en image par His Airness himself !


    votre commentaire
  • Toutes les études le prouvent : Jordan Brand est, et de loin, l'équipementier qui tire le mieux son épingle du jeu sur un marché hyper concurrentiel qui a vu l'arrivée d’outsiders aux dents longues ces dernières années (Under Amour, Li Nig, Peak...). Naturellement, MJ y est pour quelque chose et la marque au Jumpman le rémunère à sa juste valeur. En 2013, celui dont la silhouette est reprise sur des millions de paires de sneakers à travers le monde a ainsi reçu 75 millions de dollars de la part de JB. Ajoutez y 15 petits millions de dollars de revenus supplémentaires (sponsors et autres placements très juteux) et le total de ce que l'ancien Bull a gagné en 2013 avoisine alors les 90 millions de dollars. Soit 10 millions de plus que ce qu'il remporta au plus fort de sa carrière avec Chicago. Pas mal, d'autant que cette somme fait de lui le sportif le mieux payé sur les 12 derniers mois. Si ça ne vous parle pas plus que ça, dites vous que celui qui a fêté ses 51 ans printemps il y a tout juste 15 jours a gagné plus que Kobe et Lebron réunit. Rien que ça.


    votre commentaire
  • Just For Kicks

    Les résultats de Jordan Brand, la filiale de Nike spécialisée dans la commercialisation de produits à l'effigie de l'ancien numéro 23 des Bulls de Chicago, ne cessent de surprendre. Grâce à une stratégie marketing bien pensée et à un engouement certain pour les rééditions, la marque au Jumpman dépasse les prévisions des plus optimistes qui prévoyaient tout  de même un essoufflement du marché sous 24 mois. Avec des taux de croissance indécents depuis 8 ans dont un incroyable +89% lors de l'annonce des résultats 2012, on s'attendait à coup sûr à un effritement des parts de marché de la part d'un équipementier dont certains critiqueront évidemment l'ascendant commercial. Sauf que Jordan Brand est en train de déjouer tous les pronostiques. Les chiffres font froid dans le dos : revenus en hausse de 12,5%, 2,25 Milliards de dollars de chiffre d'affaire. Et comme si cela ne suffisait pas, Nike et Jordan Brand se partagent dorénavant 92% du marché mondial de la basket. Une paire de basket sur deux est une Jordan. Non, vous ne rêvez pas ! Pas mal pour une marque qui envisageait de mettre la clé sous a porte à l'aube du 21ème siècle. Dorénavant, Jordan Brand est le leader incontesté d'un marché mondial qui représente la bagatelle de 22 milliards de dollars de profits.

    Et visiblement, ce n'est pas près de s'arrêter. En lançant ces nouveaux espaces dédiés exclusivement à la commercialisation des produits inspirés de l'ancienne vedette des Bulls de Chicago, les fameux FLIGHT 23, le Président de Jordan Brand, Larry Miller, a prouvé qu'il allait maintenir la pression sur la concurrence. Le lancement de la première boutique, à quelques centaines de mètres du célèbre Madison Square Garden, est symbolique. Il annonce aussi un virage stratégique pour la marque. En s'adossant à Foot Action et à ses 335 magasins sur le territoire US, JB va dorénavant se concentrer sur le très lucratif marché du streetwear, seul secteur encore créateur de valeur quand on sait que le filon des rétros ne pourra pas se réinventer éternellement. La marque prévoit donc de s'attaquer au lifestyle. C'est une quasi obligation si elle veut perdurer et se séparer d'une image qui, tôt ou tard, sera vieillissante. Michael Jordan est porteur d'une image forte qui nourrit l'expérience de la marque depuis plus de 30 ans. Mais pour prolonger l'attachement des fans à la marque, la stratégie adoptée est de se détacher de cette icône vieillissante. Oui, vous avez bien lu. Car Michael Jordan n'est pas éternel.


    votre commentaire
  • La Air Jordan X est la seule paire sur laquelle Michael Jordan n'apporta pas sa contribution et c'est sans doute la raison pour laquelle il n'en approuva pas complètement le résultat final. Cela n'empêcha pas la Air Jordan X de se faire sa place dans l'histoire de la marque. Les dernières rééditions dont elle a fait l'objet, avec le succès que l'on connait, sont ainsi venues confirmer tout le bien que l'on pensait de cette chaussure qui marqua à tout jamais le retour à la compétition de Sa Majesté.

    Depuis 1994, la AJ X a été commercialisée dans de nombreux coloris. "Chicago", "Steel Grey", "UNC". La plupart d'entre vous connaissez ces codes couleurs qui ont fait la réputation de cette paire. Pour ceux qui auraient oubliés, les 10 plus beaux colorways de Air Jordan X sont à redécouvrir dans la suite. C'est forcément très subjectif. On sera néanmoins tous d'accord sur un point : cela ne nous rajeunit pas !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Savez-vous ce qui différencie le jeune Jordan du milieu des années 90 du sextuple champion NBA ? Réponse : son physique. Si Jordan avait les aptitudes athlétiques pour dominer la ligue dès son plus jeune âge, il n'a cessé, 15 saisons durant, de prendre soin de son principal outil de travail. Pour encaisser les coups, bien sur, mais également pour rester au top de sa forme malgré les affres de l'âge. Pour ça, MJ s'est entouré des meilleurs spécialistes. Tim Grover s'est particulièrement occupé de lui, au point d'en devenir son préparateur personnel. Leur collaboration débuta en 1989 lorsque MJ s'aperçu qu'il devait s'endurcir s'il voulait pouvoir soulever le trophée Larry O'Brien. Les Pistons de Chuck Daly avaient en effet mis sur pied un traitement infaillible à même de faire chuter la superstar des Bulls, les Jordan's Rules. On connait la suite. Leur collaboration durera 20 ans. Hormis une sérieuse blessure lors de la saison 1985-86 - MJ ne disputera que 18 matchs - His Airness ne sera jamais placé sur l'injury list. Quant à sa longévité, elle est exceptionnelle. A 38 ans, il intégra l'effectif des Wizards de Washington. Son rendement, un peu plus de 21 points de moyenne, fut qualifier d'exceptionnel. Il se paya même le luxe de devenir le premier joueur de plus de 40 ans à marquer plus de 40 points dans une rencontre (43 points le 21 février 2003 face aux New Jersey Nets).

    Tim Grover possède un centre s'entrainement, The Attack Athletics, à Chicago. De nombreux autres joueurs NBA sont aussi passés entre ses mains (Scottie Pippen, Charles Barkley, Hakeem Olajuwon, Tracy McGrady, Darius Miles, Gilbert Arenas, Shaun Livingston, Jermaine O'Neal). Tim Grover s'occupe personnellement de Kobe Bryant et Dwyane Wade. Ceux qui voudraient en savoir plus sur les liens qui unissent Tim Grover à l'ancienne star des Bulls de Chicago pourront jeter un oeil à la vidéo institutionnel d'Attack Athletics ici.


    votre commentaire
  • Just For Kicks

    Ceux qui, comme nous, attendaient la sortie officielle de la Air Jordan XX9 traditionnellement programmée à l'occasion du All-Star week-end ont sans doute été déçu d'apprendre que la marque au Jumpman avait décidé de la repousser à l’automne prochain. De prime abord, on aurait pu imaginer que les équipes de JB avaient pris du retard. En réalité, la marque inspirée du plus grand joueur de basket de tout les temps a justifié sa décision en arguant que dorénavant la date de sortie de la signature shoe de Sa Majesté coïnciderait avec le début de la saison NBA. La décision n'est pas déconnante mais elle vient rompre la tradition, longue de plus de 20 ans, qui voyait la filiale de Nike présenter la très attendue signature shoe lors du All-Star week-end quelques jours seulement avant la journée d'anniversaire de MJ.

    La sortie de la Air Jordan XX9 n'est pas donc décalée de quelques semaines mais de ... 8 mois, si d'aventure sa maison mère décide de la mettre sur le marché à la mi-octobre. On vous voir venir. JB aura la pression et se devra d'être au rendez-vous en nous offrant du bonne grosse release. C'est certain. Mais la pression, ils se la sont mise tout seul. On ne doute pas qu'ils assureront. Ce ne sont pas des débutants. Pour se rattraper, la marque est prévu quelques belles rééditions. Les plus experts seront même heureux d'apprendre qu'une paire "Quai 54" fera son apparition fin juin pour le retour du tournoi éponyme sur l'asphalte parisien. Et si nos infos sont exactes. Ca sera du lourd. Pas la grosse blague d'il y a 2 ans (souvenez-vous ici). Non, on parle plutôt d'une paire du calibre de la Air Jordan V black "Quai 54". Ah ouais, là ça change tout  !


    votre commentaire
  • Ils ont enfilé le numéro 23

    Six joueurs seulement ont choisi de porter l'emblématique numéro 23 pour la saison 2013-14. Le nombre de joueurs en activité prenant le risque d'endosser les chiffres 2 et 3 du sextuple champion NBA ne cesse de baisser. Ils étaient 13 lors de la saison 2009-10, 10 lors de l'exercice suivant, 9 en 2011-12 et 8 il y a un an. Cette année, les téméraires se nomment Allen Crabe (Portland, 4,9min/m), Draymond Green (Golden State, 5 pts/m), Toure' Murry (New York, 2,9pts/m), Marcus Thornton (Sacramento, 8,7 pts/m), Anthony Davis (New Orleans Pelicans, 19,5 pts/m et 10,5 rbds/m) et Kevin Martin (Minnesota, 19,9pts/m). A ce rythme, le nombre de maillots floqués du numéro 23 se comptera sur les doigts d'une seule main dans moins de deux ans.

    L'héritage est en effet lourd à porter et à assumer pour des joueurs NBA qui n'auront sans doute jamais le talent et la reconnaissance de l'ancien Bull de Chicago. Mais une question nous vient tout à coup : pourquoi l'ensemble des franchises NBA ne suivraient-elles pas l'exemple du Heat de Miami qui est devenu en 2003 le premier club à retirer le maillot d'un joueur n'ayant jamais évolué avec le club floridien ? L'idée n'est pas nouvelle mais aucune autre franchise n'a encore jamais osé la mettre en pratique. Une telle décision ne discuterait pourtant pas. A moins que David Stern, qui a quitté son poste le 1er février dernier, ne l'ait pensé dans un coin de sa tête. Après 30 ans de bons et loyaux services, le futur ancien commissioner de la NBA a les moyens de rendre cet énorme hommage à un joueur sans qui il n'aurait peut être pas eu l'indiscutable bilan qui lui est réservé à l'orée de sa retraite.


    votre commentaire
  • Comme pas mal d'entre vous, on s'est souvent interrogé sur ce qui aurait pu se passer si Jordan avait été sélectionné à l'une des deux premières places de la draft NBA 1984 dont on rappelle qu'elle fut l'une des meilleures de l'histoire (Barkley, Stockton, Willis, Perkins, Robertson, Cage, Stansbury, Fleming, Kersey...). Jordan aurait tout aussi bien pu atterrir à Houston, à la place d'Olajuwon, que se retrouver à Portland aux côtés de Clyde Drexler. On aurait assurément connu une toute autre histoire.

    Dans le même genre, on peut se demander ce qui serait advenu si MJ avait été sélectionné par Les Lakers de Los Angeles ou les Celtics de Boston. Scénario assez improbable, Los Angeles et Boston n'avaient obtenu cette année-là que le dernier et avant-dernier tour de draft, mais imaginez la scène : MJ et Bird ou MJ et Magic. Sacrés duos. Ca aurait eu de la gueule n'est-ce pas ? D'ailleurs, ça aurait pu donner quelque chose comme ça. His Airness aurait assurément gagné plus de titres et plus vite. Mais l'histoire aurait-elle été plus belle ? Pas sûr.


    12 commentaires
  • Just For Kicks

    Mitchell & Ness rééditera prochainement le maillot que Michael Jordan portait lors du All-Star Game 1989 de Houston. C'était il y a 25 ans déjà, et le jeune Jordan avait terminé meilleur marqueur de la rencontre (28 points, à égalité avec Karl Malone) devant un public record de 44 735 fans. Cette réédition sera la première d'une longue série puisque l'équipementier de sports américains dont le siège se situe à Philadelphie a prévu de remettre sur le marché quelques uns des jerseys les plus emblématiques de la carrière de Sa Majesté Jordan. Le prochain sur la liste sera le maillot que THE G.O.A.T portait le 7 mai 1989 lors du cinquième match de la série de playoffs entre les Bulls et les Cavs. Ce soir-là, MJ qualifia son équipe pour le tour suivant grâce à l'un des plus célèbres buzzer beater de l'histoire. Chaque maillot sera vendu entre 200 et 300 $. Avis aux amateurs !


    votre commentaire
  • Happy Birthday Michael !

    Michael Jordan fête aujourd'hui ses 51 ans. Toute l'équipe de -Keep flying with Him- souhaite un très Joyeux Anniversaire au plus grand basketteur que le monde du basket ait enfanté.


    1 commentaire
  • Just For Kicks

    Démodé le bouquet de fleurs à la Saint-Valentin ? A l'approche du 14 février, les amoureux tentent de trouver le "cadeau" qui séduira leur dulcinée. Plutôt que de vous précipiter sur les  classiques bijoux, parures de lingerie ou parfums, pourquoi n'opteriez-vous pas pour une paire de basket ? Quelle meilleure façon en effet de célébrer Cupidon que d'offrir un cadeau esthétique présentant un intérêt pratique. Que votre femme soit coquette, romantique ou coquine, une bonne de Air Jordan ne devrait pas décevoir. Oubliez donc fleurs et macarons ! Jordan et son édition spéciale "Valentine's Day" pourraient vous aider à prouver votre amour comme jamais auparavant. De quoi attirer les regards jaloux !


    votre commentaire
  • Just For Kicks

    Michael Jordan est l'heureux papa de deux nouvelles petites filles. Prénommées Ysabel et Victoria, les jumelles ont vu le jour dimanche dernier. A priori tout le monde se porte bien si l'on se fie au communiqué du porte-parole de l'ancien star des Bulls de Chicago : "Michael et Yvette Jordan sont heureux d'annoncer la naissance de leurs deux jumelles, Victoria et Ysabel, nées ce dimanche 9 février à West Palm Beach, en Floride. Yvette et les bébés sont en bonne santé et la famille est comblée". A 50 ans, His Airness a enfin complété son 5 majeur. Il était en effet déjà père de 3 enfants (Jeffrey-24 ans, James-22 ans et Jasmine-19 ans) issues d'une union précédente avec Juanita Vanoy.


    votre commentaire
  • Just For Kicks

    A quoi ressemblera la prochaine Air Jordan dont la sortie est prévue le week-end prochain en marge du traditionnel match de gala du All-Star Game ? Voici une question qui tourne en boucle sur le web depuis des semaines car, pour la première fois depuis pas mal de temps, JB aurait semble-t-il enfin trouvé la solution pour enrayer les fuites qui gâchaient le plaisir de cette sortie parmi les plus attendues chaque saison.

    Depuis un peu plus de 12 mois, la tendance est aux tiges extra hautes, aux couleurs flashy et aux designs audacieux. La Air Jordan XX8 avait profité de la brèche ouverte par Nike Basketball en proposant un shape inexplicable de prime abord mais finalement assez fascinant pour qui s'était intéressé d'un peu plus près à la paire. Le 29ème modèle de la gamme Jordan ne devrait pas faire exception à cette tendance. Reste à savoir ce qui fera le propre de ce modèle 2014 tant convoité. Du flyknit comme sur la Kobe 9, de l'hyperfuse que l'on retrouve sur la toute dernière KD VI ou alors les unités Nike Zoom et le carbone déjà éprouvés sur la Air Jordan XX8 ? Et si cela n'était rien de tout ça. Car depuis 30 ans, la marque inspirée du plus grand joueur de tous les temps ne cesse de se renouveler. 2014 ne devrait pas faire exception à la règle. Rendez-vous dans moins d'une semaine.


    votre commentaire
  • Une forme d'usure, surtout mentale, est à l'origine du premier arrêt de Jordan, à l'aube de la saison 1993-94. MJ a tout gagné. Il n'a plus de défi à sa taille. Sa passion du jeu ne s'est pas éteinte mais elle vacille. Jojo n'a plus la flamme. Faute de motivation, il annonce le 6 octobre qu'il met un terme à sa carrière. La perte de son père James, assassiné en bordure d'autoroute le 23 juillet précédent, l'a terriblement affecté. Sa Majesté prend congé de la NBA pour deux ans. Après un essai dans le baseball, il est de retour, évidemment chez les Bulls mais nanti du n°45. Le coup médiatique parfait pour relancer une machine grippée avec le ténébreux Scottie Pippen aux commandes. Mais Jordan et les siens ne parviennent pas à éviter l'élimination contre Orlando et Shaquille O'Neal en demi-finale de conférence (défaite 2-4).

    Pour certains, ce retour est un échec. MJ n'a pas été capable d'aider son équipe à renouer avec la victoire. Pire, Sa Majesté a été l'instigateur de la défaite des siens lors du Game 6 de la série face aux Magic. Mal à l'aise, peu aguerri, Jordan a commis une erreur impardonnable pour un joueur de son calibre. Jordan aurait-il du s'abstenir de revenir à ce stade de la saison régulière? Peut être. Manquait-il de repères dans le nouveau United Center, c'est évident. Cela ne l'a néanmoins pas empêché d'avoir un impact plus que significatif sur les résultats de son équipe. Car Jordan a conservé son instinct de tueur. Il n'a encore rien perdu de son appétit de victoire. En seulement 17 rencontres de saison régulière, il offre la victoire à son équipe à 13 reprises. En seulement un mois, les Bulls de Phil Jackson passent de 52 à 76% de victoires ! MJ affole plusieurs fois les compteurs pour un joueur qui n'a pourtant eu que des miettes de basket à se mettre sous la dent depuis 24 mois : 26,9 points, 6,9 rebonds, 5,3 passes et 1,8 interceptions. Qui pourrait en dire autant ? Pas grand monde. Si ses playoffs se terminent sur une fausse note, sa saison régulière n'a rien à envier à celle des meilleurs joueurs NBA alors en activité. Certes nous avions l'intime espoir de le voir aller au bout, mais finalement, si MJ était un géni il n'en est pas moins resté de la race des humains.

    Ceux qui ne sont pas d'accord avec ça, pourront néanmoins jeter un oeil à ses résultats lors des 27 rencontres qu'il disputa cette saison là. Nous avons sélectionné les 10 meilleures. Et force est de constater que ses performances parlent pour lui :

        - 28 mars 95 vs. New York : 55 pts, 4 rbds, 2 ass, 1 steal à 57% à 2 pts et 75% à 3 pts

        - 28 avril 95 vs. Charlotte : 48 pts, 9 rbds, 8 ass, 1 steal à 50% à 2 pts et 50% à 3 pts

        - 10 mai 95 vs. Orlando : 38 pts, 7 rbds, 3 ass, 4 steals, 4 blks à 57% à 2 pts et 100% à 3 pts

        - 12 mai 95 vs. Orlando : 40 pts, 7 rbds, 4 ass, 1 blk à 48% à 2 pts

        - 5 avril 95 vs. New Jersey : 37 pts, 11 rbds, 3 steals, 2 ass à 41% à 2pts et 100% à 3 pts

        - 16 mai 95 vs. Orlando : 39 pts, 4 rbds, 2 ass, 2 steals, 2 blks à 54% à 2 pts

        - 25 mars 95 vs. Atlanta : 32 pts, 4 rbds, 2 ass à 54% à 2 pts

        - 12 avril 95 vs. Detroit : 29 pts, 9 rbds, 9 ass à 52% à 2 pts et 50% à 3 pts

        - 30 avril 95 vs. Charlotte : 32 pts, 7 rbds, 7 ass à 52% à 2 pts et 50% à 3 pts

        - 23 avril 95 vs. Milwaukee : 33 pts, 11 rbds, 7 ass, 3 steals à 38% à 2 pts et 100% à 3 pts


    votre commentaire
  • Just For Kicks

    MJ doute-t-il ? C'est la question qu'on est en droit de se poser quand on connait les difficultés de MJ à faire de sa franchise des Bobcats une équipe de haut de tableau. C'est aussi la question à laquelle ESPN a tenté de répondre dans un long article écrit de la main de Wright Thompson. A 50 ans, MJ y est décrit comme un propriétaire de franchise NBA qui essaie tant bien que mal de lutter contre l'âge et l'oubli et qui tente, en vain, de retrouver son poids de joueur professionnel - 218 livres, environ 100Kg. C'est dur mais ce n'est pas tout. Le journaliste d'ESPN décrit en effet un Jordan nostalgique. L'illustration principale de l'article est pour le moins équivoque. MJ est présenté en tenue des Bulls, Air Jordan aux pieds, chevauchant un cheval tel un lonely cowboy confronté à l'effritement de sa légende. Wright Thompson va jusqu'à écrire que Jordan est dorénavant contraint à affronter ses amis à des jeux sur iPad, à briller au Sudoku ou aux mots croisés.

    Les mots sont durs et les propos pas nécessairement très objectifs. Car MJ a une vie rêvée beaucoup d'entre nous et il ne fait pas forcément parti de cette catégorie de citoyens qu'on aurait envie de plaindre. A-t-il une seule bonne raison d'être à ce point aigri qu'ESPN finisse par écrire un long papier sur le sujet. Non, d'autant que ce n'est pas le genre de la maison. Souvenez-vous, même son expérience ratée au baseball avait été vécue par His Airness comme une expérience enrichissante dont il avait retiré beaucoup de choses pour la suite de sa carrière. Non, MJ a tout pour être heureux. Des bagues et trophées en veux-tu en voilà, une popularité qui va croissante chez les plus jeunes, une superbe femme, et il sera bientôt à nouveau papa. Enfin, His Airness a beaucoup d'argent, au point de gagner plus de 80 millions de dollars par an. Alors certes, il n'arrive pas à construire une franchise à son image. Et alors ? Elle ne gagne pas ? Et alors ? Combien de proprio n'ont-ils jamais réussi à offrir une flopée de titres NBA à leurs fans ? Un paquet. Pensez donc aux Mavericks, Bucks ou Clippers version année 90. Les résultats de Jordan avec les Bobcats se font attendre. Mais MJ fait tout ce qui est en son pouvoir pour donner une nouvelle image à sa franchise,  consacrant temps et argent à un projet qui, quoi qu'on en dise, lui tient à coeur. Les résultats sportifs finiront bien par suivre. Rome ne s'est pas construit en 1 jour. Et là, ceux-là même qui auront tant décrié ses projets post-basketball vanteront alors à nouveau le génie de l'individu.


    votre commentaire