• Qui peut en dire autant ?

    Une forme d'usure, surtout mentale, est à l'origine du premier arrêt de Jordan, à l'aube de la saison 1993-94. MJ a tout gagné. Il n'a plus de défi à sa taille. Sa passion du jeu ne s'est pas éteinte mais elle vacille. Jojo n'a plus la flamme. Faute de motivation, il annonce le 6 octobre qu'il met un terme à sa carrière. La perte de son père James, assassiné en bordure d'autoroute le 23 juillet précédent, l'a terriblement affecté. Sa Majesté prend congé de la NBA pour deux ans. Après un essai dans le baseball, il est de retour, évidemment chez les Bulls mais nanti du n°45. Le coup médiatique parfait pour relancer une machine grippée avec le ténébreux Scottie Pippen aux commandes. Mais Jordan et les siens ne parviennent pas à éviter l'élimination contre Orlando et Shaquille O'Neal en demi-finale de conférence (défaite 2-4).

    Pour certains, ce retour est un échec. MJ n'a pas été capable d'aider son équipe à renouer avec la victoire. Pire, Sa Majesté a été l'instigateur de la défaite des siens lors du Game 6 de la série face aux Magic. Mal à l'aise, peu aguerri, Jordan a commis une erreur impardonnable pour un joueur de son calibre. Jordan aurait-il du s'abstenir de revenir à ce stade de la saison régulière? Peut être. Manquait-il de repères dans le nouveau United Center, c'est évident. Cela ne l'a néanmoins pas empêché d'avoir un impact plus que significatif sur les résultats de son équipe. Car Jordan a conservé son instinct de tueur. Il n'a encore rien perdu de son appétit de victoire. En seulement 17 rencontres de saison régulière, il offre la victoire à son équipe à 13 reprises. En seulement un mois, les Bulls de Phil Jackson passent de 52 à 76% de victoires ! MJ affole plusieurs fois les compteurs pour un joueur qui n'a pourtant eu que des miettes de basket à se mettre sous la dent depuis 24 mois : 26,9 points, 6,9 rebonds, 5,3 passes et 1,8 interceptions. Qui pourrait en dire autant ? Pas grand monde. Si ses playoffs se terminent sur une fausse note, sa saison régulière n'a rien à envier à celle des meilleurs joueurs NBA alors en activité. Certes nous avions l'intime espoir de le voir aller au bout, mais finalement, si MJ était un géni il n'en est pas moins resté de la race des humains.

    Ceux qui ne sont pas d'accord avec ça, pourront néanmoins jeter un oeil à ses résultats lors des 27 rencontres qu'il disputa cette saison là. Nous avons sélectionné les 10 meilleures. Et force est de constater que ses performances parlent pour lui :

        - 28 mars 95 vs. New York : 55 pts, 4 rbds, 2 ass, 1 steal à 57% à 2 pts et 75% à 3 pts

        - 28 avril 95 vs. Charlotte : 48 pts, 9 rbds, 8 ass, 1 steal à 50% à 2 pts et 50% à 3 pts

        - 10 mai 95 vs. Orlando : 38 pts, 7 rbds, 3 ass, 4 steals, 4 blks à 57% à 2 pts et 100% à 3 pts

        - 12 mai 95 vs. Orlando : 40 pts, 7 rbds, 4 ass, 1 blk à 48% à 2 pts

        - 5 avril 95 vs. New Jersey : 37 pts, 11 rbds, 3 steals, 2 ass à 41% à 2pts et 100% à 3 pts

        - 16 mai 95 vs. Orlando : 39 pts, 4 rbds, 2 ass, 2 steals, 2 blks à 54% à 2 pts

        - 25 mars 95 vs. Atlanta : 32 pts, 4 rbds, 2 ass à 54% à 2 pts

        - 12 avril 95 vs. Detroit : 29 pts, 9 rbds, 9 ass à 52% à 2 pts et 50% à 3 pts

        - 30 avril 95 vs. Charlotte : 32 pts, 7 rbds, 7 ass à 52% à 2 pts et 50% à 3 pts

        - 23 avril 95 vs. Milwaukee : 33 pts, 11 rbds, 7 ass, 3 steals à 38% à 2 pts et 100% à 3 pts


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :