• De toutes les paires que Michael Jordan a eues aux pieds, la Air Jordan V est sans aucun doute l'une des plus appréciée des consommateurs européens. La marque au Jumpman avait déjà connu de beaux succès avec ses quatre précédents modèles, mais ceux-ci avait principalement été réservés aux basketteurs américains. C'est à partir de 1990 que Nike décide de sérieusement s'attaquer au marché européen en mettant notamment le paquet sur les innovations, histoire d'assurer le coup. Et c'est donc une paire révolutionnaire que va découvrir la vieille Europe : semelle translucide, languette réfléchissante, fermoir à lacet... Mais c'est surtout le caractère racé des fameuses dents de requins supposées rappeler les peintures des avions de combat de la seconde guerre mondiale qui interpellent. Côté performance, rien à dire. La paire offre un ajustement parfait et une adhérence sans précédent. Michael Jordan, son ambassadeur officiel, la met aussi en valeur en décrochant son quatrième trophée de meilleur marqueur (33,6 points/match). Surtout, il plante 69 points au Cavaliers le 28 mars 1990 offrant ainsi à cette paire incroyable sa meilleure publicité.

    Nos confrères de Complex ont décidé de rendre hommage à cette paire de légende en nous livrant dans la suite leur classement des 15 plus belles paires de Air Jordan V de l'histoire. Bon, pour être tout à fait honnête, et chauvinisme oblige, on aurait aimé voir la AJ V Quai 54 bien plus haut. Mais Les ricains en ont décidé autrement !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Chicago Bulls vs. Detroit Pistons - 29 mai 1989 - Conf. Finals Game 4

    Depuis six mois, les joueurs de Chicago tournent comme des lions en cage. Ils se savent, cette saison, capables de bien figurer en playoffs. Surtout, ils aimeraient à nouveau en découdre avec les Pistons, leur bête noire, qui les ont éloignés de la course au titre la saison dernière (élimination en demi-finale de conférence sur le score de 4 à 1).

    Après avoir battu Cleveland au premier tour (3-2) puis New York au second (4-2), Chicago se retrouve justement opposé aux Bad Boys. L'histoire est en marche. Michael Jordan et Scottie Pippen veulent régler leurs comptes avec ces Pistons qui ont fait du jeu dur leur marque de fabrique. A la vieille du match 4, les deux équipes sont à égalité deux rencontres partout. La série est très disputée et, ce n'est une surprise pour personne, la défense anime les débats. Chicago doit faire attention, car à ce petit jeu, c'est Detroit qui pourrait l'emporter. Les joueurs de Chuck Daily excellent dans ce domaine. Ils en ont même fait leur spécialité.

    Visionnez l'intégralité de la rencontre (original broadcast) :     > download


    votre commentaire
  • Jordan Brand, la marque inspirée du plus grand joueur de tous les temps, est mondialement connue. En dépit du départ à la retraite de son joueur vedette, la marque au Jumpman n'a cessé de se réinventer pour devenir un symbole d'innovation en matière de chaussures et d'accessoires de sport. En l'espace de trois décennies, la marque Jordan s'est hissée parmi les plus importantes du secteur. Ce succès, elle le doit bien entendu à l'apport créatif de Jordan au niveau de la conception. Elle le doit également aux dirigeants, designers et autres magiciens qui entretiennent la légende du plus grand joueur de l'histoire depuis une trentaine d'année.

    De Humphrey Gentry à Tinker Hatfield en passant par Jayson Mayden ou Larry Miller, voici les 10 personnes les plus importants qui se cache derrière la marque éponyme.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Just For Kicks

    Michael Jordan et les parfums, quel rapport me direz-vous ? A priori aucun, sauf que si. Il y a une quinzaine d'années, quelques investisseurs bien éclairés parviennent à convaincre Sa Majesté Jordan d'investir dans la parfumerie. Depuis, tout le monde a déjà aperçu ces petits flacons de verre dans laquelle est incrustée la silhouette du plus grand joueur de l'histoire. Comme nous, vous vous êtes probablement demandé ce que ça valait réellement. -Keep flkying with Him- a testé pour vous quelques unes de ces compositions. Et voici donc ce qu'on en pense.

    De prime abord, les parfums Michael Jordan rappelle l'indiscutable élégance de His Airness. Raffinement et simplicité sont les maitres mots de la gamme. Le design des emballages et des flacons sont relativement dépouillés. Avoir su réutiliser l'image d'un sportif sans tomber de cheap est, en soi, un véritable exploit. Mais c'est malheureusement à peu près tout. Car les fragrances sont tout sauf convaincantes. On n'est évidemment pas dans la vulgaire Eau de Cologne, mais quand même. Quelque soit la variation, les créateurs des parfums Michael Jordan ne se sont pas cassés la tête. On est en fait dans la neutralité masculine la plus totale. Nous ne sommes pas des experts, mais à chaque fois, il nous a été quasiment impossible d'extraire l'essence principale de chaque composition. Ni prononcée ni fadasse, l'odeur de ces parfums est difficile à décrire sauf à dire qu'elle manque clairement de caractère. Etonnant pour des fragrances sensées prolonger l'expérience d'une des personnalités les plus affirmées du monde sportif. Chaque opus rend hommage à l'amour de Jordan pour les belles choses et à l'élégance qui l'a accompagné à chacune de ses apparitions mais il y a quand même de quoi être déçu. Les américains ne sont pas les champions de la cosmétique mais quand même. Quand on sait ce que sont dorénavant capable de proposer les Estée Lauder ou Ralph Lauren, pour ne citer qu'eux, on se dit qu'un parfum Michael Jordan devrait valoir beaucoup mieux. Bref, les fragrances Michael Jordan c'est bien pour les fans de la première heure. Pour le reste, c'est peut mieux faire !


    votre commentaire
  • Le côté obscur du personnage

    C'est un des côtés obscurs du personnage. Michael Jordan est un joueur, mais pas uniquement de basket. C'est un gambler comme ont dit en anglais. En clair, le hasard le fascine autant (si ce n'est plus) que la réalité mathématique des play book NBA. Il a joué et joue encore. Matin, midi et soir. Avec ou contre ses coéquipiers, des personnages de passage, des pros, des amateurs, des retors et des naifs.

    A-t-il gagné plus qu'il a perdu ? Non. Du coup, Jordan a contracté des dettes. En 2005, il a accepté d'aborder le sujet avec Ed Bradley, le journaliste star du magazine 60 Minutes. A la question : "Vous êtes-vous mis dans des situations délicates en raison de votre addiction au jeu ?" Jordan a répondu : "Oui". Autre question : "Au point de mettre en danger votre mode de fonctionnement et celui de votre famille?" Réponse : "Non".

    Ce que l'on sait : Jordan a perdu beaucoup d'argent en pariant à tout va (principalement sur les parcours de golf). Il a fui ses chambres d'hôtel à la veille de matchs de playoffs importants pour aller jouer dans des casinos. Ce que l'on a autrefois murmuré : Jordan aurait été poussé à prendre une première retraite en 1993 face à la menace d'un scandale sur ses pertes de jeux. Rumeur...


    votre commentaire