• Chicago Bulls vs. New York Knicks - 6 mars 1987

    Chicago Bulls vs. New York Knicks - 5 mai 1996

    Rookie of the Year 1985, Jordan a participé au All-Star Game, battu le record de points marqués dans un match par un rookie des Bulls (49 points le 12 février 1985 contre Detroit) et fait main basse sur la tablette des records du club sur une saison - en points (2313), en tirs tentés (837), en lancers-francs (746) et en interceptions (196). Il lave ainsi l'affront d'avoir été pioché au troisième rang de la draft. Jerry Reinsdorf, financier avisé, propriétaire de l'équipe de base-ball de la ville, les White Sox, flaire la bonne affaire, rachète la franchise pour une bouchée de pain, et installe le rondouillard Jerry Krause au poste de General Manager. Sa mission est simple et périlleuse : installer la fusée Jordan sur une rampe de lancement.

    Cela ne se fera pas lors de la saison 1985-86. Lors du troisième match contre les Warriors de Golden State, une blessure à un pied, la plus sérieuse de sa carrière, le tient éloigné des parquets pendant 64 matchs. La perte sèche aux guichets des Bulls atteint 1,5 million de dollars. Dans les tribunes, dépités par les défaites et la médiocrité de ses coéquipiers, il quitte parfois le Stadium avant la fin des matchs. Mais revient juste à temps, en mars, contre l'avis du boss Jerry Reinsdorf, livre les 15 derniers matches de la saison régulière et tire les Bulls en playoffs. Au premier tour, il défie les Boston Celtics de Larry Bird. Les Bulls sont défaits dans la série (3-0), mais Jordan - qui a aligné une moyenne de 43,7 points - trouve le moyen d'établir un nouveau record, celui du plus grand nombre de points inscrits dans un match de playoffs : 63. Estourbi, Bird s'écriera : "C'était Dieu déguisé en basketteur !"

    La saison 1986-87 sera véritablement celle de la mise sur orbite pour le jeune Jordan. 37,1 points, 5,2 rebonds, 4,6 passes, 2,9 interceptions et 1,5 contres de moyenne. Insensé ! Pour sa troisième saison dans la grande ligue, Jordan a franchi un cap, celui de la maturité. Pour vous donner une idée du phénomène, nous vous proposons aujourd'hui de découvrir une affiche de rêve : les Bulls versus les Knicks. Nous sommes au printemps 1987. MJ est alors ce qui se fait de mieux en terme de rendement offensif.

    Visionnez l'intégralité de la rencontre (original broadcast) :     > download


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :